Comment réaliser un montage panoramique réussi !

2 Septembre  2015

Comment réaliser un montage panoramique réussi !

Cet article se propose d'attirer l'attention du photographe qui souhaite réaliser de beaux assemblages panoramiques sur quelques points particuliers qui lui faciliteront la tâche ...


       1 -  à éviter ...

Tout d'abord, pour réaliser un beau panorama, il faut oublier  les modes "panorama" proposés par un nombre grandissant d'appareils photos : en fait, il s'agit de l'assemblage de photos issues d'un enregistrement en mode vidéo, donc avec une résolution limitée, Full HD généralement, soit 2 MP (millions de pixels), et une qualité pour cette résolution limitée puisque la capture des photos se fait au vol. Si le résultat peut être sympathique pour un tirage en petit format, il ne peut être question d'en faire un agrandissement important.  

       2 -  Les logiciels d'assemblage

​Pour réaliser un  panorama de qualité, pouvant donner lieu à un tirage de  grande dimension, il faut procéder à l'assemblage d'un nombre de photos qui peut être important à l'aide d'un logiciel tel que Microsoft ICE ou Hugin  (tous deux gratuits) ou le logiciel Autopano  Pro4 (99€HT) ou Autopano Giga4 (199€ HT) de la société Kolor, la Rolls du domaine. Pour ma part, je m'en tiens à Microsoft ICE  dont l'utilisation est de loin la plus simple, et qui donne la plupart du temps de très bons résultats.

       3 -  Les têtes et rotules panoramiques 

​La première étape est la prise de vue des photos qui vont être assemblées par la suite, et dans cet article, c'est sur ce point que je vais insister.

3.1  Les têtes panoramiques motorisées

 

Tout d'abord,  si vous en avez les moyens, vous pouvez vous équiper  de systèmes de têtes panoramiques motorisées automatiques  Gigapan Epic distribuées par Kolor (3 versions de 450 à 1000 € selon l'appareil photo à piloter) ou  VR Drive II de RoundShot (3600 €). Ces systèmes sont très bien décrits dans l'excellent article de Arnaud Frich.

Ces têtes panoramiques, qu'on peut programmer, vont réaliser automatiquement la prise de toutes les photos (selon une matrice prédéterminée) , en faisant les rotations, basculements de l'appareil ainsi que le déclenchement des prises de vue.​

Gigapan Epic

VR Drive II

content

Attention toutefois, tous les appareils photo ne sont pas compatibles avec ces systèmes.

Une autre possibilité, ce sont des têtes panoramiques motorisées qui vont vous aider dans les déplacements de l'appareil photo (rotation (de gauche à droite ou réciproquement) ainsi que basculement (vers le bas ou vers le haut) . Par contre, il n'y aura pas dans certains  cas de pilotage de l'appareil photo.

Voici par exemple la tête Maxwell MPR202 qu'on trouve sur le Net dans des versions un peu différentes allant de 175 à 200 € environ  :

Maxwell MPR202

 

​ou cette version sous la dénomination MP-360 et PT HUB CamRanger qui permettrait  pour environ 300 € de réaliser des panoramas :

Une autre possibilité, ce sont les montures  utilisées en astronomie qui peuvent être adaptées à la réalisation de panoramas. Ces montures conçues pour le suivi des objets célestes sont robustes et d'une grande précision. De plus, on peut bien sûr toujours les utiliser pour les observations  en astronomie.

Voici un exemple qui est la monture "Merlin" de Orion :​

Cette monture peut être pilotée par le software "Papywizard". 

Papywizard (Panoramic python Wizard) d'après le site "est un logiciel libre de pilotage de tête panoramique, principalement développé pour la monture astronomique Merlin/Orion, mais très facilement adaptable pour d'autres types de têtes" .

3.2  Trépied et rotule

Et maintenant  si vous n'avez pas, comme moi,  de tête panoramique motorisée, vous devez utiliser un trépied photo et si possible une petite rotule  qui augmentera nettement la fluidité des mouvements. Il s'agit de  l'équipement minimum, mais nous verrons que c'est suffisant pour réaliser des panoramas assez réussis. Cela demande simplement plus de temps, d'attention et de patience ... 

       4 -  Les réglages de l'appareil photo

Concernant les réglages de l'appareil, il faut penser à ​plusieurs points :

4.1  Mode manuel

- si possible utiliser le mode manuel​ après avoir déterminé les paramètres en prenant une photo sur la partie du panorama la plus lumineuse à l'aide d'un mode priorité à l'ouverture. On privilégiera la sensibilité la plus basse pour minimiser le bruit, une ouverture dépendant des performances optiques de l'objectif de l'appareil (netteté des bords ...) et on imposera la  vitesse  déterminée par la photo de référence prise  précédemment. 

4.2  Fichiers Raw

​- Utilisation de fichiers Raw si votre appareil le permet (impossible avec le Nikon P600 !). Comme je l'ai montré dans un autre article, cela peut grandement faciliter  la réalisation du montage sous ICE (distorsions et vignettage bien  corrigés sous DXO Optics Pro 10 par exemple)

4.3  Mise au point

- si l'appareil le permet,  régler la mise au point à l'infini  (ou faire la mise au point sur l'objet éloigné) et la maintenir​ ainsi (évidemment pour les panoramas classiques en extérieur pour lesquels le sujet est le paysage !). Ceci vous  évitera de faire la mise au point sur les herbes du premier plan sur certaines photos ...

       5 -  Le traitement des photos et leur assemblage

Cette partie là a été traitée ​précédemment :

​Voir cet article présentant un panorama de Rouen de 600 millions de pixels, et qui explique de manière simplifiée la technique utilisée pour cet assemblage. 

​Voir cet autre article démontrant l'intérêt des fichiers Raw pour  la réussite de vos panoramas.

​Et maintenant à vous de jouer !


About the Author

Chercheur au CNRS, je suis passionné de photographie. J'apprécie les aspects techniques dont les avancées sont spectaculaires, mais je préfère me concentrer sur les aspects artistiques et esthétiques.

Leave a Reply 0 comments