Tag Archives for " bridge "

Le zoom du Nikon P900 plus puissant en vidéo

13 juillet    2016

Le zoom du Nikon P900 plus puissant en vidéo !

P900

Cet article se propose de montrer que le zoom du Nikon P900  est puis puisssant en mode vidéo qu'en mode photo. Ceci est dû à un "crop factor" ou facteur de recadrage, c'est à dire qu'une partie réduite du capteur est utilisée pour réaliser les vidéos.


​Le Nikon P900 est un appareil photo de type bridge qui détient le record de zoom : x 83 soit une plage de focale de 24 à 2000 mm soit la puissance d'un télescope !

En faisant des essais de vidéo avec cet appareil, j'ai été surpris au moment où je lançais le mode vidéo de voir sur l'écran  la scène filmée légèrement zoomée par rapport à la visée en mode photo. Voici ci-dessous le même cadrage avec la même focale (2000 mm) en mode photo, puis en mode vidéo :

Photo

vidéo

On constate un effet de zoom net entre photo et vidéo. En fait ceci est dû à un "crop factor", facteur de recadrage, qui fait qu'une partie seulement du capteur est utilisée en mode vidéo sur le P900 :

P900

​Un petit calcul sur les dimensions dans les deux cas montre que le facteur de zoom est non négligeable puisqu'il est de l'ordre de x 1,2, soit une focale de 2400 mm !

La largeur du capteur 16 MP du P600 présente 4608 pixels. La réduction de la surface utilisée (facteur x 1,2) fait que la largeur de la zone est de 3840 soit exactement 2 fois le format Full HD (1920 x 1080 pixels).


​Un petit comparatif avec le Nikon P600 est intéressant :

P900

P600

​Dans le cas du P600 la largeur totale du capteur est utilisée, et donc pour cet appareil il n'y a pas d'effet de zoom supplémentaire en mode vidéo.

Si on compare ces deux appareils à leur zoom maximum, en mode vidéo la différence s'accroît encore puisque la focale du P600 reste à 1440 mm alors que le p900 qui affiche 2000 mm propose en mode vidéo une focale apparente de 2400 mm :

P900 - 2000 mm (2400 mm)

P600 - 1440 mm

​Il y a donc une différence de choix des ingénieurs Nikon pour ces deux appareils en mode vidéo. Dans le cas du P900 l'appareil utilise 4 pixels du capteur (2 en largeur x 2 en hauteur) pour créer un pixel de la vidéo. Plus simple a priori. Y-a-t-il une autre raison ? ...

De toute façon le Nikon P900 est bien supérieur au P600 en mode vidéo du fait de ce facteur de zoom supplémentaire (particulièrement intéressant en photo animalière notamment), sans compter le fait que le P900 a un autofocus nettement plus performant que le P600 et que la fréquence en mode progressif est double : 50 fps pour le P900 contre 25 fps pour le P600 .


Comparatif : Nikon P900 contre Nikon P600

26 Juin 2016

Test comparatif Nikon P900 contre Nikon P600

VS

Cet article se propose de montrer quelques tests réalisés sur le terrain pour comparer deux appareils de type bridge : le Nikon P900 et le Nikon P600. Les tests portent essentiellement sur la qualité des photos, l'autofocus, la stabilisation et la montée en sensibilité.


Cet article se propose de montrer quelques tests réalisés sur le terrain​ pour comparer deux appareils de type bridge du même constructeur : le Nikon P900 et le Nikon P600.  Possesseur du Nikon P600 depuis quelque temps, je me suis laissé tenter récemment par  le P900. 

Alors que le P600 dispose d'un zoom déjà respectable de 1440 mm (équiv. 24x36)  le P900 dispose d'un zoom de 2000 mm, ce qui constitue encore un record. Il y a beaucoup de dénigrement dans les forums ou même les tests de ce type d'appareil (bridges classiques) qui sont dotés de petits capteurs (1/2.3") et qui donc ont leurs limites en terme de dynamique, mais surtout sur le plan de la montée en sensibilité  ainsi que la difficulté à obtenir de jolis flous d'arrière-plan. Ces critiques sont tout à fait fondées mais ces bridges ont d'autres atouts en terme de polyvalence, de bonne qualité d'image (lorsqu'il y a de la lumière !), mais surtout du fait de la puissance de leur zoom qui leur permet de prendre des photos qu'aucun appareil réflex ne pourra prendre.

Si on est conscient de ces limites, ce type de bridge peut apporter de belles satisfactions, en photo ou en vidéo, pour le domaine animalier ou le domaine de l'astronomie en particulier.

​Dans le passé, j'ai comparé le Nikon P600 avec le Canon SX50 que j'ai également possédé avant de le revendre, et les tests que j'avais effectués montraient un net avantage du P600 sur le SX50 en terme de qualité d'image : finesse et absence d'aberrations chromatiques pour le P600 contrairement au SX50 qui en présentait de manière notable.

Les tests que j'ai réalisés portent essentiellement sur :

- la qualité des photos (dans des conditions d'éclairement assez lumineux)

- la qualité de l'autofocus

- la qualité de la stabilisation

- la montée en sensibilité​

- En ce qui concerne  tout d'abord l'autofocus, j'avais lu dans des tests que le P900 était supérieur au P600 sur ce plan là. Ce n'était pas difficile ! En effet le P600 était lent et surtout, en vidéo, lors de zooms, le P600 était incapable de conserver la mise au point et ne la retrouvait jamais. Le P900, sans être parfait est effectivement en net progrès : il est beaucoup plus rapide, et surtout en vidéo s'il lui arrive de perdre la mise au point sur un objet, il est capable de refaire la mise au point assez rapidement.​ C'est ce que j'ai constaté sur le terrain.

Au passage, il faut signaler que le P900 filme à 50 images par seconde  en mode progressif, alors que le P600 ne pouvait filmer qu'à 25 img/s en mode progressif. L'avantage est net en terme de fluidité sur des sujets en mouvement rapide. 

- En ce qui concerne la stabilisation, celle du P600 était bonne, mais celle du P900 est très, très bonne ! En effet on peut obtenir des images très nettes à 2000 mm en prenant simplement appui sur (ou contre) un support. Avec le P600, c'était plus compliqué à 1440 mm, à vitesse d'obturation équivalente.

Contrairement à ce qu'affirment les inconditionnels des réflex (j'en ai un aussi !) qui n'ont jamais utilisé un bridge, il est tout à fait possible d'obtenir des images très nettes à des focales telles que 2000 mm, focales inimaginables dans le domaine des réflexs, et ceci sans avoir recours à un trépied.

- En ce qui concerne la qualité des photos, voici quelques tests réalisés au même moment dans les mêmes conditions.

Ci-dessous sont présentés des extraits d'une photo prise avec le P900 à 2000 mm puis avec le P600 à 1440 mm (les extraits ont été adaptés en taille pour comparer la même zone). J'ai évalué la distance entre le point d'où j'ai pris la photo et la cible : environ 1,3 km selon Google Map !

P900 à 2000 mm

P600 à 1440 mm

​La différence de qualité est très nette en faveur du P900. L'image est beaucoup plus claire, nette et fine, les couleurs plus vives. Je me suis posé des questions par rapport à une telle différence, mais par ailleurs le P600 m'a fourni de belles images en grand nombre. Y-a-t-il un problème au niveau du P600 ? Peut-être, mais il faut réaliser la distance de la cible  à 1,3 km. Il me semble que c'est plutôt le P900 qui fournit des images remarquables. Bien sûr ces résultats portent sur mes deux appareils : y-a-t-il une disparité de qualité ? un assez bon P600 et un très bon P900 ? Peut-être, compte tenu de la production de masse de ces appareils   ...

Un zoom sur une maison située à peu près à la même distance par un temps légèrement brumeux conduit à un résultat comparable en faveur du P900 :​

P900 à 2000 mm

P600 à 2000 mm

En ce qui concerne la montée en sensibilité, on observe également un progrès en faveur du P900, léger mais bien réel. La photo en ambiance assez sombre d'un détail du cadran d'une vieille pendule donne le résultat suivant  (650 mm, 1/20s, 800 ISO) :

P900 - 800 ISO

P600 - 800 ISO

On constate deux types d'amélioration en faveur du P900 :

- ​une meilleure préservation de détails (image plus fine, lignes, bordures mieux définies)

- un bruit moins présent : bruit chromatique et bruit de luminance

Donc le traitement du bruit par Nikon, même s'il se traduit par un lissage certain, produit une image plus fine et plus propre dans le cas du P900.

BONUS : Une comparaison entre Canon SX50, Nikon P600 et Nikon P900  

Voici une petite comparaison entre trois appareils correspondant à trois générations de bridge, avec des capteurs de même taille, probablement très proches, les progrès reposant essentiellement sur des optiques de meilleure qualité associées à des processeurs de traitement de plus en plus performants :  ​

Canon SX50

Nikon P600

Nikon P900

​Le SX50 est pénalisé par des aberrations chromatiques et une résolution moindre. Le P900 prend nettement l'ascendant grâce à une optique remarquable.

En conclusion, le Nikon P900 est un bridge performant, facile à utiliser et doté d'une optique remarquable.



Que vaut l’appareil photo du Zenfone 2 de Asus ? Comparaison avec le Sony RX100

22 Janvier  2016

Que vaut l'appareil photo du Zenfone 2 de Asus ?                                                               Comparaison avec le Sony RX100

              Cet article se propose de faire  le   point sur les qualités  ...  et les limites de l'appareil photo d'un smartphone : le Zenfone 2 de Asus (modèle  ZE551ML) et de faire une brève comparaison avec un appareil photo tel que le Sony RX100 (compact expert) ...


Les smartphones incluent des appareils photo de plus en plus performants au point que la vente d'appareils photo numériques compacts est en nette baisse. 

Le Zenfone 2 de Asus est un smartphone de milieu de gamme par le prix mais doté de très belles qualités. Les sites de test lui attribuent un très bon rapport qualité/prix.

Il est doté de 2 appareils photos : le principal a une résolution maxi de 13 millions de pixels alors que le secondaire (pour les selfies) ​a une résolution de 5 millions de pixels.

Je m'intéresse ici uniquement à l'appareil photo principal  de 13 millions de pixels.

Je ne décrirai pas en détail le menu  de l'appareil photo. il est simple, clair et donne accès à de nombreux réglages dignes d'un "vrai" appareil photo : balance des blancs, utilisation du flash, compensation d'exposition ...

L'appareil propose aussi 15 modes préprogrammés  :

 Modes Auto et Haute Résolution

​J'ai tout d'abord comparé les résultats du Zenfone 2 avec ceux du Sony RX100, doté d'un capteur 1", qui est réputé pour sa qualité d'image.

Zenfone 2

RX100

On peut constater à première vue que le Zenfone 2 permet d'obtenir des photos de bonne qualité. Il faut noter que la balance des blancs du Zenfone s'avère beaucoup plus fidèle que celle du RX100 ! Bien sûr ceci peut être facilement corrigé, mais il faut féliciter Asus pour cette justesse des couleurs.

Examinons ensuite la finesse de ces deux photos en considérant deux extraits :​

RX100 - Extrait 1

Zenfone 2 - Mode Haute résolution - Extrait 1

​Dans ce premier extrait les résultats sont très proches : le RX100 est marginalement plus détaillé, mais légèrement plus bruité.

Zenfone 2 - Mode Auto

​En comparant avec la photo obtenue avec le mode Auto du Zenfone  on constate que le mode haute résolution fournit une image plus propre. Ce mode s'avère donc efficace ... dans certains cas.

Examinons maintenant un deuxième extrait :​

RX100 - Extrait 2

Zenfone 2 - Mode haute résolution -Extrait 2

​Dans ce deuxième extrait, le RX100 est plus convaicant : il y a plus de détails et la photo est plus riche de nuances. Il n'en demeure pas moins que le Zenfone 2 est loin d'être ridicule dans  cette comparaison.

 Mode Haute Résolution

J'ai ensuite essayé de comprendre comment une photo en mode haute résolution était réalisée par le Zenfone. L'extrait ci-dessous fournit, je pense, l'explication :

Zenfone 2 - mode Haute résolution

​On constate, sur cet extrait qui focalise sur une voiture en mouvement,  que des traces multiples (probablement 5) apparaissent au niveau du pare-choc avant ainsi qu'au niveau de la vitre arrière. Il est donc probable que pour faire cette image en mode haute résolution, l'appareil prend 5 photos qu'il moyenne (une sorte de multiframe noise reduction). Ceci explique que ce mode est performant pour tout ce qui est fixe (bâtiments notamment), mais il est pris en défaut pour tout ce qui est en mouvement (voiture par exemple, mais aussi arbres dont les branches peuvent légèrement bouger ce qui introduit un léger flou). Ce moyennage de photos rend par ailleurs la photo résultante très peu contrastée ce qui a nécessité l'application d'un masque flou (augmentation de netteté).

 

 

 Mode HDR

Je me suis intéressé également au   mode  HDR .

L'exemple ​ci-dessous montre l'utilité de ce mode qui selon les cas peut s'avérer efficace comme ici mais se trouve quelquefois pris en défaut (accentuation exagérée des couleurs, apparence artificielle).  

Zenfone 2 - Mode Auto

 

Zenfone 2 - Mode HDR

 

Ici on voit clairement que les ombres sont moins bouchées et la photo résultante est plus proche de la réalité.​

 

 Photos en faible lumière

 

La photo prise par le RX100 est à 400 ISO​, ce qui correspond à un environnement peu lumineux.

RX100

Zenfone 2

 

 Le RX100 fournit une image plus propre que le Zenfone 2. Malgré tout celui-ci  délivre un assez bon résultat, mais au prix d'un lissage très marqué. Mais ceci se voit uniquement à un fort agrandissement de la photo.

 

 

 

 Mode "éclairage faible"  (3MP)

 

 Ce mode a été introduit par Asus pour des ambiances extrêmement sombres. Dans ce cas, la résolution passe à 3 millions de pixels pour essayer de limiter le bruit. Dans l'exemple ci-dessous,   le RX100 prend la photo  à 3200 ISO  à une vitesse de1/2 s ! 

Dans le mode Auto, le Zenfone 2 prend une photo extrêmement sombre​ qui ne permet même pas de distinguer le microscope !

RX100 - 3200 ISO - f/2.8 - 1/2 s

Zenfone 2 - Mode "Eclairage faible"

 Le mode  "faible lumière" permet au moins d'obtenir une image acceptable pour ces conditions extrêmes, mais si on regarde de près ces photos (ci-dessous) la photo du Zenfone s'avère très bruitée, alors que celle du RX100 l'est beaucoup moins. On note cependant un petit flou de bougé pour le RX100 (1/2 s tout de même !). 

Zenfone 2

RX100

Nikon P600 - 1600 ISO - f/3.4 - 1s


Comparaison avec le bridge Nikon P600 ...

   

Couleurs peu fidèles et énormément de bruit également, mais image nette  ... à 1s de temps de pose ! Bravo pour la stabilisation du Nikon ! 

 

 

 Mode Profondeur de champ

 

​Ce mode permet de simuler une faible profondeur de champ qui permet de faire ressortir le sujet principal. Lorsqu'on prend une photo dans ce mode, on voit que l’appareil  fait varier le plan de mise au point et probablement  acquiert plusieurs photos qu'il combine pour créer du flou en dehors du sujet principal :

Zenfone 2 - Mode Auto

Zenfone 2 - Mode Profondeur de champ

​On constate qu'effectivement notre beau félin ressort nettement avec un arrière-plan et un avant-plan floutés. Mais le traitement apparaît  étrange : l'arrière-plan est bien traité, mais dans l'avant plan il y a des incohérences : discontinuité du floutage de l'encadrement de l'écran d'ordinateur, et le petit objet marron  qui est sur le même plan que le félin apparaît flou ! Peut-être qu'en faisant varier l'intensité du floutage j'aurais pu diminuer ce défaut, mais cela aurait été au détriment du floutage de l'arrière plan.

 En conclusion ...

​Le Zenfone 2 est doté d'un appareil photo qui fournit des photos d'assez bonne qualité.

Lorsqu'on compare ses résultats avec ceux d'un très bon compact expert tel que le Sony RX100,  le Zenfone 2 logiquement n'arrive pas au niveau d'un tel appareil.  Il n'a cependant pas à rougir de la comparaison. Il se permet même d'afficher une balance des blancs plus réaliste que le RX100 !

              


 

 

 

Photo de la lune du 20 Janvier 2016

22 Janvier 

2016

Photo de la lune du 20 Janvier 2016

Autostakkert

Registax

Un exemple de ce que peut réaliser un simple bridge , le Nikon P600, par temps clair ... moyennant l'aide de deux logiciels très performants : Autostakkert et Registax !


​Cet article se propose de présenter  ce que peut réaliser un simple bridge , le Nikon P600, en photo lunaire, par temps clair,  moyennant l'aide précieuse de deux logiciels très performants : Autostakkert et Registax !

​La  photo brute

Voici une photo brute de la lune (proche de la pleine lune - 20 Janvier 2016) prise avec un Nikon P600 (focale 1440 mm, 100 ISO,  f/6.5, comp. expo -2, rafale lente) :​

​Vous pouvez cliquer sur l'image ci-dessus pour accéder à la photo en haute résolution

Et un agrandissement d'une zone de  cette photo  :​

​La photo apparaît bruitée et contient peu de détails.

​Utilisation de Autostakkert pour réduire le bruit

J'ai ensuite ​utilisé le logiciel Autostakkert pour diminuer le bruit présent sur les photos  brutes en moyennant 73 photos, ce qui a pour effet de diminuer fortement le bruit :

​Vous pouvez cliquer sur l'image ci-dessus pour accéder à la photo en haute résolution

Et un agrandissement de la même  zone que précédemment  :​

Le logiciel Autostakkert en moyennant 73 photos a réduit le bruit de manière importante mais l'image apparaît très peu contrastée,  "molle", et semble manquer de détails.

​Utilisation de Registax  pour faire ressortir les détails

​C'est là que Registax entre en lice, avec un traitement par ondelettes qui va faire ressortir les détails présents de manière latente dans la photo moyennée par Autostakkert :

​Vous pouvez cliquer sur l'image ci-dessus pour accéder à la photo en haute résolution

Et un agrandissement de la même  zone que précédemment  :​

​Comme on peut le constater, le résultat obtenu avec Registax est spectaculaire : le traitement par ondelettes a fait ressortir énormément de  détails qui étaient présents à l'état latent dans la photo moyennée par Autostakkert. 

​Et maintenant, à vous de jouer !


Voyage au Vietnam – Réflexions photographiques

3 Janvier    2016

Voyage au Vietnam - Réflexions photographiques


+

Cet article se propose de montrer que lors d'un voyage de découverte au Vietnam, certains outils ont été largement utilisés alors que d'autres ne l'étaient que très peu, voire pas du tout !

Ceci m'a conduit à réfléchir sur la pratique réelle d'un amateur (moi !) et de prendre une certaine distance par rapport à ce qui serait théoriquement plus performant ...


Nous avons effectué au mois de novembre de cette année un voyage dans partie nord du Vietnam, une très belle région montagneuse, habitée par de nombreuses ethnies pour la plupart originaires de Chine (Hmongs, Daos, Tays...). De très beaux paysages parsemés de rizières en terrasses, de belles rencontres... Pour ce très beau voyage riche en images, j'avais emporté un Sony Alpha A58 (SLT, proche d'un appareil réflex)  équipé d'un Sony 18-135 mm (f/3.5-5.6) ; j'avais également emporté un Sony 35 mm f/1.8 très lumineux en pensant aux portraits que je ne manquerai pas de réaliser ...

​Le matériel emporté

​- Sony SLT Alpha A58

- Objectif : 18-135mm (équivalent 27-200mm en format 24x36) f/3.5-5.6​

- Objectif : 35mm f/1.8

​- Nikon P600 (bridge  zoom 24-1440 mm f/3.3-6.5)

​- Trépied

- Monopied​

​Ce qui a réellement été utilisé, ce qui a été rarement ou jamais utilisé ... et pourquoi

​J'ai utilisé essentiellement le A58 équipé du 18-135 mm. J'ai très peu utilisé le 35 mm sauf un soir à Hanoï la nuit tombant très tôt.  En fait , lorsqu'on visite un village, il n'est pas facile de jongler avec les objectifs (scènes à saisir rapidement, risques pour le capteur dans un milieu  riche en  poussières ... )

J'ai également très peu utilisé le P600. Je ne l'ai utilisé que pour certains détails très éloignés ou pour des singes aperçus dans la baie d'Halong terrestre (parc de Van Long) . 

Le P600 a une optique spectaculaire, de bonne qualité, mais ces longues focales ne sont facilement utilisables que s'il y a beaucoup de lumière à cause d'un autofocus peu performant. De plus les très longues focales ne peuvent être utilisées sur un petit bateau en dépit d'une stabilisation très performante.

Je ne suis pas sûr de l'emporter pour mon prochain voyage. ​

​Le trépied ainsi que le  monopied ne sont jamais sorti des bagages ... Il n'est pas commode de sortir rapidement le trépied et de l'installer, et en fait le besoin ne s'en est pas souvent fait sentir.

​Les focales utilisées

​Le logiciel Exposure Plot  permet de réaliser des statistiques sur les paramètres utilisés lors de la prise de photos. J'ai retenu pour cette analyse uniquement les photos que j'ai sélectionnées après un tri réalisé pour réaliser un diaporama, ainsi qu'un livre photo.

J'ai utilisé Exposure Plot notamment pour connaître les focales utilisées (en équivalent 24x36 mm)​ :

​Ce tableau  montre que  99,4 % des photos ont été réalisées avec des focales inférieures à 135 mm (200 mm équiv 24x36).  Il est à noter que 30 % des photos ont été prises autour de 18 mm  (27 mm équiv 24x36) (la plus courte focale) mais que 16 % ont été prises à 135 mm (la plus longue focale). 

Les autres focales se distribuent entre ces valeurs selon une courbe globalement centrée sur des valeurs de 25 à 70 mm​  (de 40 à 110 mm équiv 24x36).

Il faut également noter que seulement 0,65 % des photos ont été prises au dessus de 200 mm ​(équiv 24x36) à l'aide du P600. Autant dire que si je n'avais pas emporté le bridge, je n'aurais pas été particulièrement frustré !

​On constate sur les statistiques des valeurs ISO (sensibilités) que la moitié des sensibilités utilisées correspondent à la valeur minimale de 100 ISO, ce qui correspond aux photos prises de jour en extérieur.

​Il y a cependant à peu près 15 % de hautes sensibilités utilisées supérieures à 1600 ISO (plus de 9 % rien que pour la sensibilité maximale utilisable en ISO auto avec le A58 - 6400 ISO n'est pas très utilisable à cause de bruits de luminance et chromatique importants), ce qui n'est pas négligeable. Cela correspond  aux photos prises en intérieur en ambiance assez sombre, ou en extérieur de nuit.

​Ce qui m'aurait aidé ...

Lors de ce voyage, plus d'une fois j'ai regretté d'avoir sur mon A68 un viseur peu lumineux (je ne parle pas de l'écran !) qui m'obligeait à placer ma main gauche en pare soleil au dessus du viseur.

J'ai également regretté de ne pas disposer d'un autofocus plus performant ​(plus réactif et plus précis) notamment pour la prise de photos d'oiseaux en vol.

Comme je l'ai dit plus haut dans cet article, j'ai le plus souvent renoncé à changer d'objectif sur le A68, même si l'utilisation du 35 mm f/1.8  (52 mm équiv 24x36) très lumineux m'aurait été précieux pour la réalisation de portraits avec  la mise en valeur des sujets grâce à des arrière plans flous. 

J'ai également très peu utilisé le P600 (bridge), ce qui m'a convaincu que les très grandes focales n'étaient que rarement utilisées. En fait, si l'autofocus du P600 (gros point faible de l'appareil) était plus performant je l'aurais sans doute plus utilisé pour les photos d'animaux et notamment d'oiseaux. Je l'ai utilisé pour des sujets relativement statiques, mais pour les oiseaux en vol toutes les photos ont été réalisées avec le A58 à la focale maximale  ​(200 mm équiv 24x36).

​Ce que j'envisage pour l'avenir ...

Pour remédier à ma réticence à changer d'objectif, ce qui m'aurait cependant été utile, j'envisage d'acquérir un second boitier Sony doté de la même monture A. Je pense que le nouvel appareil Sony  A68 d'un coût acceptable sera un bon candidat, en particulier avec un autofocus beaucoup plus performant​ .

Je pense que pour les futurs voyages je n'utiliserai plus le P600, et je jonglerai avec les deux boitiers :

- le A68 équipé du 18-135 mm polyvalent et de bonne qualité, très réactif grâce au SLT et à son autofocus au niveau des meilleurs réalisations actuelles  serait utilisé la plupart du temps.

- le A58 équipé d'objectifs plus spécifiques serait utilisé pour des situations ne nécessitant pas un autofocus performant.

Je viens d'acquérir le  Tamron 70-300 mm très peu coûteux (100 € !) qui me permet d'étendre le champ des focales de 200 à 450 mm (équiv 24x36). De plus il dispose d'une fonction Macro. Cet objectif a un très bon rapport qualité prix ; il a une qualité raisonnable, mais il n'est pas très lumineux et est doté d'un autofocus très paresseux  ... Mais pour le prix ... Dans le futur, si son prix baisse un peu, j'envisagerais d'acquérir le zoom Tamron 150-600 mm (environ 1000 € !) qui a une toute autre étendue et des qualités optiques et d'autofocus incomparables avec le rustique 70-300 mm !

Je viens également d'acquérir le Samyang 85 mm f/1.4 très lumineux (environ 250 € ! ... je vous conseille de comparer avec les concurrents et de regarder les tests disponibles sur internet ...), excellent objectif pour ses propriétés optiques que j'utiliserai surtout pour le portrait. Cet objectif est manuel ; la mise au point se fait de manière manuelle ce qui n'est pas un désavantage pour la mise au point précise sur un visage (utilisation du focus peaking).​

J'ai également acheté le Samyang 16 mm f/2 également très lumineux mais également manuel ​pour les paysages de nuit (ma fille et son mari vont partir prochainement en Norvège pour observer les aurores boréales et je leur prêterai le A58 équipé de cet objectif)

Et maintenant, en route pour de nouvelles aventures... probablement birmanes ...



Saint Maclou et Saint Ouen de Rouen en haute résolution

7 Octobre 2015

Saint-Maclou et Saint-Ouen de Rouen en haute résolution

Voici des photos de Saint-Maclou, dentelle de pierre, et de l'abbatiale Saint-Ouen les deux plus belles églises de Rouen après la cathédrale. Ces photos ont été réalisées par assemblage de photos prises avec un Nikon P600 à l'aide du logiciel Microsoft ICE.


​Ces photos de Saint-Ouen et Saint-Maclou  de Rouen ont été réalisées avec une prise de vue à partir du point de vue de la colline de Bonsecours qui offre le plus beau panorama sur Rouen (voir ce panorama ici). Ces  photos ont été obtenues par assemblage de photos prises avec un bridge Nikon P600 à la focale de 600 mm.

Le matériel utilisé est le suivant :

- un appareil de type bridge : Nikon P600​

​- un trépied (compte tenu du très beau temps, il n'a pas été nécessaire d'utiliser de déclenchement ​à distance au moyen de l'application WiFi WMU pour Smartphone de Nikon, vitesse d'obturation de 1/800 s), une rotule (rotule chinoise trouvée sur Amazon d'un bon rapport qualité/prix) permettant une meilleure fluidité des déplacements.

Pour l'assemblage des photos :​

​-​ Ordinateur de bureau Asus : CPU Intel Core I7 4770 3,4 GHz, 16Go RAM, DD 1To, DD externe 3To, SSD 128Go, Nvidia GeForce GTX 760 , écran Full HD 1920x1080

​- Logiciel gratuit Microsoft ICE (dernière version)​

Voici le résultat pour Saint-Maclou :​


Et pour Saint-Ouen :​

Pour ceux qui veulent en savoir plus sur Saint-Ouen, voir cet article.

​Les fichiers originaux de résolution maximale seront prochainement disponibles  sur le site.

Et maintenant à vous de jouer !​


              


 

 

 


Enter your text here...

La cathédrale de Rouen en haute résolution

6 Octobre 2015

La cathédrale de Rouen en haute résolution

Voici une photo de la cathédrale de Rouen dont la  flèche  est la plus haute de France. Cette photo a été réalisée par un assemblage d'une centaine de photos prises avec un Nikon P600 à l'aide du logiciel Microsoft ICE.


​J'ai réalisé une photo de la cathédrale  de Rouen avec une prise de vue à partir du point de vue de la colline de Bonsecours qui offre le plus beau panorama sur Rouen (voir ce panorama ici). Cette photo d'environ 450 millions de pixels est obtenue par assemblage de photos prises avec un bridge Nikon P600 à sa focale la plus élevée (1440 mm).

Le matériel utilisé est le suivant :

- un appareil de type bridge : Nikon P600​

​- un trépied (compte tenu du très beau temps, il n'a pas été nécessaire d'utiliser de déclenchement ​à distance au moyen de l'application WiFi WMU pour Smartphone de Nikon, vitesse d'obturation de 1/800 s), une rotule (rotule chinoise trouvée sur Amazon d'un bon rapport qualité/prix) permettant une meilleure fluidité des déplacements.

Pour l'assemblage des photos :​

​-​ Ordinateur de bureau Asus : CPU Intel Core I7 4770 3,4 GHz, 16Go RAM, DD 1To, DD externe 3To, SSD 128Go, Nvidia GeForce GTX 760 , écran Full HD 1920x1080

​- Logiciel gratuit Microsoft ICE (dernière version)​

Voici le résultat :​

​Le fichier original de 450 MP sera prochainement disponible  sur le site.

Et maintenant à vous de jouer !​


              


 

 

 


Enter your text here...

L’éclipse lunaire du 28 Septembre 2015 vue de Rouen

4 Octobre 2015

L'éclipse de lune totale du 28 septembre 2015 vue de Rouen à partir de 5h

Cet article montre à travers un petit montage de photos puis une vidéo  l'éclipse de lune du 28 septembre 2015 . Cet enregistrement commence vers la fin de l'éclipse totale pour se terminer quasiment sur une pleine lune.


Pour enregistrer des photos de l'éclipse, j'ai utilisé tout simplement mon bridge Nikon P600 à sa focale maximale de 1440 mm.

Les difficultés pour réaliser des photos  de l'éclipse totale sont grandes car la luminosité de la lune à ce moment là est très faible. Ceci conduit à essayer de trouver un compromis sur la sensibilité (ici  800 ISO au départ puis passage progressif à 100 ISO lorsque la luminosité l'a permis. Ces difficultés expliquent la mauvaise qualité des photos dans la phase d'éclipse.

La seconde difficulté est la difficulté de mise au point. Au départ, j'ai utilisé une mise au point manuelle (pas très facile avec le P600 !) puis lorsque la luminosité a été plus élevée j'ai utilisé l'autofocus.​

Voici un premier montage des différentes phases de l'éclipse  à partir de son maximum (vous pouvez cliquer sur l'image pour une meilleure résolution) :

Les difficultés de mise au point conduisent avec le Nikon P600 à une mauvaise qualité des photos lorsque l'éclipse est totale (luminosité très faible)

Et voici une petite vidéo de la fin de cet instant magique :​

​Conclusion

​Voici qui confirme ce que je savais déjà : le bridge Nikon P600 grâce à la puissance de son zoom permet des images que peu d'appareils permettent ... si la lumière est suffisante ! Sinon, il a de grandes difficultés liées à ses capacités très limitées à mettre au point en basse lumière , ceci joint à la petite taille de son capteur peu sensible.


Comment réaliser un montage panoramique réussi !

2 Septembre  2015

Comment réaliser un montage panoramique réussi !

Cet article se propose d'attirer l'attention du photographe qui souhaite réaliser de beaux assemblages panoramiques sur quelques points particuliers qui lui faciliteront la tâche ...


       1 -  à éviter ...

Tout d'abord, pour réaliser un beau panorama, il faut oublier  les modes "panorama" proposés par un nombre grandissant d'appareils photos : en fait, il s'agit de l'assemblage de photos issues d'un enregistrement en mode vidéo, donc avec une résolution limitée, Full HD généralement, soit 2 MP (millions de pixels), et une qualité pour cette résolution limitée puisque la capture des photos se fait au vol. Si le résultat peut être sympathique pour un tirage en petit format, il ne peut être question d'en faire un agrandissement important.  

       2 -  Les logiciels d'assemblage

​Pour réaliser un  panorama de qualité, pouvant donner lieu à un tirage de  grande dimension, il faut procéder à l'assemblage d'un nombre de photos qui peut être important à l'aide d'un logiciel tel que Microsoft ICE ou Hugin  (tous deux gratuits) ou le logiciel Autopano  Pro4 (99€HT) ou Autopano Giga4 (199€ HT) de la société Kolor, la Rolls du domaine. Pour ma part, je m'en tiens à Microsoft ICE  dont l'utilisation est de loin la plus simple, et qui donne la plupart du temps de très bons résultats.

       3 -  Les têtes et rotules panoramiques 

​La première étape est la prise de vue des photos qui vont être assemblées par la suite, et dans cet article, c'est sur ce point que je vais insister.

3.1  Les têtes panoramiques motorisées

 

Tout d'abord,  si vous en avez les moyens, vous pouvez vous équiper  de systèmes de têtes panoramiques motorisées automatiques  Gigapan Epic distribuées par Kolor (3 versions de 450 à 1000 € selon l'appareil photo à piloter) ou  VR Drive II de RoundShot (3600 €). Ces systèmes sont très bien décrits dans l'excellent article de Arnaud Frich.

Ces têtes panoramiques, qu'on peut programmer, vont réaliser automatiquement la prise de toutes les photos (selon une matrice prédéterminée) , en faisant les rotations, basculements de l'appareil ainsi que le déclenchement des prises de vue.​

Gigapan Epic

VR Drive II

content

Attention toutefois, tous les appareils photo ne sont pas compatibles avec ces systèmes.

Une autre possibilité, ce sont des têtes panoramiques motorisées qui vont vous aider dans les déplacements de l'appareil photo (rotation (de gauche à droite ou réciproquement) ainsi que basculement (vers le bas ou vers le haut) . Par contre, il n'y aura pas dans certains  cas de pilotage de l'appareil photo.

Voici par exemple la tête Maxwell MPR202 qu'on trouve sur le Net dans des versions un peu différentes allant de 175 à 200 € environ  :

Maxwell MPR202

 

​ou cette version sous la dénomination MP-360 et PT HUB CamRanger qui permettrait  pour environ 300 € de réaliser des panoramas :

Une autre possibilité, ce sont les montures  utilisées en astronomie qui peuvent être adaptées à la réalisation de panoramas. Ces montures conçues pour le suivi des objets célestes sont robustes et d'une grande précision. De plus, on peut bien sûr toujours les utiliser pour les observations  en astronomie.

Voici un exemple qui est la monture "Merlin" de Orion :​

Cette monture peut être pilotée par le software "Papywizard". 

Papywizard (Panoramic python Wizard) d'après le site "est un logiciel libre de pilotage de tête panoramique, principalement développé pour la monture astronomique Merlin/Orion, mais très facilement adaptable pour d'autres types de têtes" .

3.2  Trépied et rotule

Et maintenant  si vous n'avez pas, comme moi,  de tête panoramique motorisée, vous devez utiliser un trépied photo et si possible une petite rotule  qui augmentera nettement la fluidité des mouvements. Il s'agit de  l'équipement minimum, mais nous verrons que c'est suffisant pour réaliser des panoramas assez réussis. Cela demande simplement plus de temps, d'attention et de patience ... 

       4 -  Les réglages de l'appareil photo

Concernant les réglages de l'appareil, il faut penser à ​plusieurs points :

4.1  Mode manuel

- si possible utiliser le mode manuel​ après avoir déterminé les paramètres en prenant une photo sur la partie du panorama la plus lumineuse à l'aide d'un mode priorité à l'ouverture. On privilégiera la sensibilité la plus basse pour minimiser le bruit, une ouverture dépendant des performances optiques de l'objectif de l'appareil (netteté des bords ...) et on imposera la  vitesse  déterminée par la photo de référence prise  précédemment. 

4.2  Fichiers Raw

​- Utilisation de fichiers Raw si votre appareil le permet (impossible avec le Nikon P600 !). Comme je l'ai montré dans un autre article, cela peut grandement faciliter  la réalisation du montage sous ICE (distorsions et vignettage bien  corrigés sous DXO Optics Pro 10 par exemple)

4.3  Mise au point

- si l'appareil le permet,  régler la mise au point à l'infini  (ou faire la mise au point sur l'objet éloigné) et la maintenir​ ainsi (évidemment pour les panoramas classiques en extérieur pour lesquels le sujet est le paysage !). Ceci vous  évitera de faire la mise au point sur les herbes du premier plan sur certaines photos ...

       5 -  Le traitement des photos et leur assemblage

Cette partie là a été traitée ​précédemment :

​Voir cet article présentant un panorama de Rouen de 600 millions de pixels, et qui explique de manière simplifiée la technique utilisée pour cet assemblage. 

​Voir cet autre article démontrant l'intérêt des fichiers Raw pour  la réussite de vos panoramas.

​Et maintenant à vous de jouer !


2 Peut-on photographier Saturne avec un bridge tel que le Nikon P600 ?

31 Août 2015

Peut-on photographier Saturne avec un bridge tel que le Nikon P600 ? ...

Peut-on photographier Saturne avec un appareil phto de type bridge tel que le Nikon P600 ?  

Cet article montre qu'un appareil photo de type bridge classique, tel que le Nikon P600, doté d'un petit capteur (1/2.3"), permet d'obtenir des photos de Saturne. Des traitements successifs par Autostakkert puis  Registax n'ont pas permis d'améliorer les photos originales. 


​Après des essais de photos de la lune qui ont donné d'assez bon résultats (voir cet article), j'ai voulu m'attaquer à une cible autrement plus complexe : l'une des planètes du système solaire. En l'absence de Jupiter, absente de nos ciels pour quelque temps encore, et qui aurait été une étape dans la complexité, j'ai dû me rabattre sur Saturne.

Jupiter, en effet aurait  en effet été une "proie" plus facile du fait de sa taille :

mais également du fait de sa luminosité (les magnitudes exprimées ci-dessous sont d'autant plus faibles que le corps céleste est lumineux) :

Pour cet essai, les conditions de prise de vue sont les suivantes : Bridge Nikon P600 , mode  priorité à l'ouverture, zoom maxi (1440 mm), rafale lente (en fait, 2 rafales successives qui m'ont permis d'enchaîner sans lever mon doigt du déclencheur 200 puis 130 photos  !) , utilisation d'un trépied léger, sensibilité 200 ISO, vitesse 1/30 s, ouverture 1/6,5. 

Voici d'après Stellarium (excellent logiciel gratuit) l'aspect qu'avait Saturne au moment où j'ai pris ces photos : 

Et voici le résultat :

Ce résultat illustre bien la difficulté de la tâche : objet très petit et  relativement peu lumineux (en termes de prise de vue). Je rappelle que la focale utilisée est de 1440 mm !

​En zoomant cette photo (100%), en modifiant la luminosité et le contraste, voici malgré tout le résultat : 

On reconnaît clairement Saturne, et c'est une réelle satisfaction! J'ai présenté ici l'une des meilleures photos obtenues (oui, oui, j'ai visionné les 330 photos pour en extraire les toutes meilleures...)​

J'ai ensuite effectué un "moyennage" des 60 meilleures photos au moyen du très bon logiciel Autostakkert (version la plus récente) d'utilisation relativement simple​, et  la photo résultant du traitement sous Autostakkert a été traitée dans le logiciel Registax (version 6, la plus récente) en utilisant un traitement par ondelettes. Voici ci-dessous, en parallèle l'une des photos originales, et le résultat de ces traitements (échelle 200%) :

Le résultat peut paraître décevant car la photo résultant des traitements apparaît plutôt "molle" et la couleur a disparu (?), semblant contenir peu de détails. Le seul bénéfice est que le  bruit a été notablement diminué ; la photo apparaît plus "propre".

​Pour terminer sur une note d'optimisme ... et d'humour, voici ce que pourrait sans doute donner le nouveau Nikon P900 doté d'une focale maxi de 2000 mm (simulation basée seulement en extrapolant à partir de la différence des deux focales maxi !) :

​Et maintenant, à vous de jouer !

Vous pouvez soutenir ce site dédié à la photographie en achetant ce type de produit sur Amazon !