Tag Archives for " Raw "

11 Test d’un livre photo Atelier du Livre

18 Septembre   2015

Test d'un livre photo Atelier du Livre 

VS

         

Cet article se propose de tester un livre photo du site Atelier du Livre et de le comparer à un livre Albelli de même format, avec la même finition et bien sûr composé avec des photos pour la plupart  identiques, le livre photo Albelli étant pour moi une référence en terme de rapport qualité/prix.

Voyons le résultat ... 


Profitant d'une offre intéressante de Groupon pour la réalisation d'un livre photo sur le site Atelier du Livre, j'ai décidé de ​tester un livre photo de ce site et de le comparer à un livre Albelli de même format, avec la même finition et bien sûr composé avec des photos pour la plupart identiques à celles présentes dans le livre Albelli, le livre photo Albelli étant pour moi une vraie référence en terme de rapport qualité/prix. Il existe sans aucun doute des livres plus coûteux de qualité supérieure, mais la réalisation des livres Albelli est très bonne et la qualité du rendu des photos est très satisfaisante.  J'ai  fait réaliser deux versions de ce livre : l'une avec les pages satinées, l'autre avec les pages brillantes.

​Juste après avoir acheté le bon de Groupon, je suis allé voir sur les forums les avis sur les livres réalisés par l'Atelier du Livre (oui je sais, j'aurais pu y aller avant !) et j'ai trouvé des avis très contrastés allant d'évaluations tout à fait positives, jusqu'à des rejets relativement sévères.

​Les premières critiques portaient sur des difficultés à la mise en œuvre du logiciel,  ainsi que sur  l'impossibilité d'utiliser le bon de Groupon. Je n'ai rencontré aucune de ces difficultés.

​LE LOGICIEL

​Le logiciel est assez simple d'accès. Par contre les fonctions pour l'élaboration et la mise en page sont très sommaires. Donc, si vous cherchez un logiciel qui vous permette des cadrages ou des effets très sophistiqués, ce logiciel n'est pas pour vous. Par contre, si vous cherchez une mise en  œuvre simple et une mise en page dépouillée , ce produit correspond à votre attente.

D'autre part, ayant découvert  récemment ce logiciel, je n'ai sans doute pas découvert toutes ses possibilités, mais il me semble que contrairement à certains logiciels concurrents, on en a vite fait le tour.

L'écran de mise en page est assez classique et dépouillé :

Parmi les limites ou imperfections du logiciel que j'ai pu relever  :

- Impossibilité de mettre un titre sur la tranche de la couverture du livre

- pas d'aide au centrage des photos et à leur positionnement, à leur dimensionnement (juste une grille magnétique paramétrable apporte une aide)

- difficulté à positionner la limite des photos entre couverture et dos du livre (on s'apercevra du résultat !)​

- impossibilité à mettre une photo en pleine page de manière automatique​...

​LIVRAISON

​La livraison a été rapide (1 semaine environ). 

L'emballage du livre paraît léger, mais après déballage, celui-ci apparaît en bon état.​

​QUALITÉ DU LIVRE

​La reliure semble un peu fragile et à l'ouverture, on entend de légers craquements  qui m'ont paru un peu inquiétants.

En ce qui concerne la reproduction des photos, a priori,  la qualité du livre paraît satisfaisante, et en particulier les nuances de vert sont mieux restituées, plus naturelles que dans le livre Albelli.

​De même, le livre Albelli dans sa finition satinée présente dans certaines zones comme une "surexposition" (couleurs un peu délavées (surtout dans les zones les plus claires). Ce qui n'est pas le cas du livre Albelli dans sa finition brillante.

​Par contre, si on y regarde de plus près, certains défauts sont à relever :

- tout d'abord, la tranche de la couverture apparaît divisée en deux, compte tenu de la difficulté à positionner les photos​  dans cette zone.

- Alors que la trame d'Atelier du livre et d'Albelli apparaissent assez similaires en terme de finesse, celle d'Atelier du Livre est mal gérée au niveau des lignes, ce qui se traduit par un effet de torsade. On voit sur les agrandissements ci-dessous les mêmes mats de bateaux rendus de manière très différente par les deux livres :

Atelier du Livre

Albelli

​Voici un deuxième exemple sur lequel on peut observer le même type de défaut. Et ce défaut est perceptible à l’œil nu, voir par exemple les deux bandes horizontales sur la coque du bateau ci-dessous : 

Remarque : ne pas faire attention aux couleurs. Je n'ai pas prêté une grande attention à la balance des blancs pour les  photographies de la page de l'album. Il ne faut  faire attention qu'à la résolution des images.

Atelier du Livre

Albelli

​Et en agrandissant la zone :

Atelier du Livre

Albelli

​Et voici la photo correspondant au fichier original :

Photo originale

​On constate que Albelli rend nettement mieux cette photo que Atelier du Livre au niveau de toutes les lignes.

      

 

Suite à la constatation de ce défaut, j'ai contacté le service après vente de Atelier du Livre et après un échange de mails pour leur montrer ces extraits montrant le défaut, ça a été silence radio. Plus aucune nouvelle !​

 

​CONCLUSION

    - Bon rendu des couleurs

    - Bon rendu de la dynamique (ombres et hautes lumières) ​

    - Livraison rapide​

    ​- Rendu des lignes problématique (effets de torsade)

​    - Logiciel de création limité

    - Difficulté à réaliser la tranche de la couverture du livre

    - Silence radio du SAV​

​Le mot final :

Compte tenu des prestations fournies ainsi que de l'absence de réponse du SAV, je ne peux pas conseiller l'Atelier du Livre pour la réalisation d'un livre photo de qualité.


Comment réaliser un montage panoramique réussi !

2 Septembre  2015

Comment réaliser un montage panoramique réussi !

Cet article se propose d'attirer l'attention du photographe qui souhaite réaliser de beaux assemblages panoramiques sur quelques points particuliers qui lui faciliteront la tâche ...


       1 -  à éviter ...

Tout d'abord, pour réaliser un beau panorama, il faut oublier  les modes "panorama" proposés par un nombre grandissant d'appareils photos : en fait, il s'agit de l'assemblage de photos issues d'un enregistrement en mode vidéo, donc avec une résolution limitée, Full HD généralement, soit 2 MP (millions de pixels), et une qualité pour cette résolution limitée puisque la capture des photos se fait au vol. Si le résultat peut être sympathique pour un tirage en petit format, il ne peut être question d'en faire un agrandissement important.  

       2 -  Les logiciels d'assemblage

​Pour réaliser un  panorama de qualité, pouvant donner lieu à un tirage de  grande dimension, il faut procéder à l'assemblage d'un nombre de photos qui peut être important à l'aide d'un logiciel tel que Microsoft ICE ou Hugin  (tous deux gratuits) ou le logiciel Autopano  Pro4 (99€HT) ou Autopano Giga4 (199€ HT) de la société Kolor, la Rolls du domaine. Pour ma part, je m'en tiens à Microsoft ICE  dont l'utilisation est de loin la plus simple, et qui donne la plupart du temps de très bons résultats.

       3 -  Les têtes et rotules panoramiques 

​La première étape est la prise de vue des photos qui vont être assemblées par la suite, et dans cet article, c'est sur ce point que je vais insister.

3.1  Les têtes panoramiques motorisées

 

Tout d'abord,  si vous en avez les moyens, vous pouvez vous équiper  de systèmes de têtes panoramiques motorisées automatiques  Gigapan Epic distribuées par Kolor (3 versions de 450 à 1000 € selon l'appareil photo à piloter) ou  VR Drive II de RoundShot (3600 €). Ces systèmes sont très bien décrits dans l'excellent article de Arnaud Frich.

Ces têtes panoramiques, qu'on peut programmer, vont réaliser automatiquement la prise de toutes les photos (selon une matrice prédéterminée) , en faisant les rotations, basculements de l'appareil ainsi que le déclenchement des prises de vue.​

Gigapan Epic

VR Drive II

content

Attention toutefois, tous les appareils photo ne sont pas compatibles avec ces systèmes.

Une autre possibilité, ce sont des têtes panoramiques motorisées qui vont vous aider dans les déplacements de l'appareil photo (rotation (de gauche à droite ou réciproquement) ainsi que basculement (vers le bas ou vers le haut) . Par contre, il n'y aura pas dans certains  cas de pilotage de l'appareil photo.

Voici par exemple la tête Maxwell MPR202 qu'on trouve sur le Net dans des versions un peu différentes allant de 175 à 200 € environ  :

Maxwell MPR202

 

​ou cette version sous la dénomination MP-360 et PT HUB CamRanger qui permettrait  pour environ 300 € de réaliser des panoramas :

Une autre possibilité, ce sont les montures  utilisées en astronomie qui peuvent être adaptées à la réalisation de panoramas. Ces montures conçues pour le suivi des objets célestes sont robustes et d'une grande précision. De plus, on peut bien sûr toujours les utiliser pour les observations  en astronomie.

Voici un exemple qui est la monture "Merlin" de Orion :​

Cette monture peut être pilotée par le software "Papywizard". 

Papywizard (Panoramic python Wizard) d'après le site "est un logiciel libre de pilotage de tête panoramique, principalement développé pour la monture astronomique Merlin/Orion, mais très facilement adaptable pour d'autres types de têtes" .

3.2  Trépied et rotule

Et maintenant  si vous n'avez pas, comme moi,  de tête panoramique motorisée, vous devez utiliser un trépied photo et si possible une petite rotule  qui augmentera nettement la fluidité des mouvements. Il s'agit de  l'équipement minimum, mais nous verrons que c'est suffisant pour réaliser des panoramas assez réussis. Cela demande simplement plus de temps, d'attention et de patience ... 

       4 -  Les réglages de l'appareil photo

Concernant les réglages de l'appareil, il faut penser à ​plusieurs points :

4.1  Mode manuel

- si possible utiliser le mode manuel​ après avoir déterminé les paramètres en prenant une photo sur la partie du panorama la plus lumineuse à l'aide d'un mode priorité à l'ouverture. On privilégiera la sensibilité la plus basse pour minimiser le bruit, une ouverture dépendant des performances optiques de l'objectif de l'appareil (netteté des bords ...) et on imposera la  vitesse  déterminée par la photo de référence prise  précédemment. 

4.2  Fichiers Raw

​- Utilisation de fichiers Raw si votre appareil le permet (impossible avec le Nikon P600 !). Comme je l'ai montré dans un autre article, cela peut grandement faciliter  la réalisation du montage sous ICE (distorsions et vignettage bien  corrigés sous DXO Optics Pro 10 par exemple)

4.3  Mise au point

- si l'appareil le permet,  régler la mise au point à l'infini  (ou faire la mise au point sur l'objet éloigné) et la maintenir​ ainsi (évidemment pour les panoramas classiques en extérieur pour lesquels le sujet est le paysage !). Ceci vous  évitera de faire la mise au point sur les herbes du premier plan sur certaines photos ...

       5 -  Le traitement des photos et leur assemblage

Cette partie là a été traitée ​précédemment :

​Voir cet article présentant un panorama de Rouen de 600 millions de pixels, et qui explique de manière simplifiée la technique utilisée pour cet assemblage. 

​Voir cet autre article démontrant l'intérêt des fichiers Raw pour  la réussite de vos panoramas.

​Et maintenant à vous de jouer !


5 De l’utilité des fichiers Raw pour un montage panoramique réussi

18 Mars 2015


Cet article se propose de montrer qu'il est très utile, voire indispensable, d'utiliser les fichiers Raw convertis par exemple sous DXO Optics Pro (ou un autre concurrent) pour réussir des montages panoramiques ( ici avec Microsoft ICE). Et ceci pour différentes raisons que nous allons découvrir ...

En général Microsoft ICE fonctionne très bien. La nouvelle version apporte de nouvelles fonctionnalités. Par contre nous avons vu précédemment qu'il valait mieux fuir la fonction d'auto complétion ...

ICE fonctionne très bien dans le cas où on lui propose d'assembler des photos d'objets prises à grande distance (typiquement des paysages). Par contre des panoramas réalisés avec des photos prises en grand angle (photos d'intérieur en particulier, photos prises avec peu de recul) peuvent être entachés d'erreurs. 

Nous allons voir dans cet article, que dans ce cas, il faut un peu "aider" ICE dans son travail en utilisant des fichiers Raw. Nous verrons, au moyen d'un exemple,  que cela permet d'obtenir une bien meilleure qualité du montage panoramique, et ceci sur deux plans :

- la qualité des ajustements (meilleure correction des déformations des images en grand angle)

- une meilleure gestion de la balance des couleurs.

Voici donc un exemple de montage : il s'agit de la photographie d'une cuisine en cours de montage dans une petite pièce ne permettant pas un recul suffisant pour pouvoir photographier une partie dans sa globalité avec une focale minimale (utilisation du Sony RX100). Une sorte de montage de montage !

On constate que quand on utilise les fichiers jpeg issus directement du RX100, et en faisant tous les essais possibles (du moins je crois, car j'ai passé beaucoup de temps à essayer différentes options et paramètres), il n'est pas possible d'obtenir un résultat satisfaisant. Je ne sais pas comment d'autres logiciels d'assemblages panoramiques (présentés ici) s'en seraient tirés.

On voit sur le montage ci-dessous que les raccords entre photos présentent des décalages (pointés à l'aide des flèches rouges) et que d'autre part l'appareil utilisé en balance des blancs automatique (AWB) a mal géré la situation. Ceci se traduit par une différence de teinte entre les façades du haut et du bas (points rouges) que ICE n'a pas su prendre en compte.


Assemblage réalisé avec les fichiers jpeg natifs

Quand on utilise les fichiers Raw pour le montage, on arrive à obtenir un résultat beaucoup plus satisfaisant (voir ci-dessous) en travaillant avec le logiciel DXO OpticsPro 10 pour obtenir une balance des blancs correcte et homogène, et grâce au bon travail du module ViewPoint de DXO pour minimiser les déformations dues au grand angle.


Assemblage réalisé avec les fichiers Raw traités sous DXO OpticsPro 10

Il subsiste quelques défauts mais ils sont mineurs. Si vous cherchez bien vous trouverez une petite erreur de raccord heureusement dans un objet secondaire ... Et le travail avec DXO sur les déformations conduit à un cadrage global plus étroit, et des proportions différentes. Mais le résultat est incontestablement nettement meilleur ... et utilisable.

Cerise sur le gâteau, on bénéficie de la qualité des fichiers Raw traités par DXO OpticsPro 10 (photos du RX100 prises à 500 ISO, F/3.5, 1/30 s) beaucoup plus riches d'informations comme le montre la différence de qualité des deux extraits présentés ci-dessous. Meilleur rendu du plan de travail, de la structure de la toile de verre du mur et plus grand finesse des vis posées sur le plan de travail.

jpeg natif

Raw traité par DXO OpticsPro 10

Et maintenant à vous de jouer ! Bons assemblages ... avec ICE.


Si vous souhaitez soutenir ce blog, vous pouvez acheter sur le site partenaire.


2 Duel SONY Alpha A58 + SAL 18-135mm contre SONY RX10

SONY Alpha A58

+

zoom 18-135mm

VS

Header 1 / 2

SONY RX10

Enter your text here...

Enter your text here...

Un duel inhabituel puisqu'il s'agit de comparer un boitier "réflex" le  Sony A58 doté d'un zoom 18-135mm et un "bridge"  de la même marque : le RX10. Quels sont les atouts, les défauts, les limites de ces deux appareils ? Y-a-t-il un vainqueur évident ?

Lire la suite...

Vers l’appareil photo idéal ?

Qu'est-ce que l'appareil photo idéal ?

Si on essaie de résumer ce que pourrait être l'appareil photo idéal, les caractéristiques idéales qu'on souhaiterait trouver dans son appareil sont :

- une bonne qualité d'image (celle des réflex et des meilleurs hybrides). La qualité d'image c'est à la fois un bon capteur, une bonne optique et une bonne stabilisation)

- un zoom très étendu (comme celui des bridges)

- la capacité à moduler la profondeur de champ (qualité du Bokeh, du floutage de l'arrière plan...) pour faire ressortir le premier plan.

- la capacité à monter en sensibilité (valeurs ISO élevées) tout en préservant une bonne qualité d'image (utile dans les environnements sombres)

- Encombrement et poids limités​

- Prix contenu ...​ pour le commun des mortels !

Viendraient ensuite des paramètres que je place en second plan, mais qui pourraient être primordiaux pour d'autres personnes :

- la réactivité au démarrage, dans l'enchaînement des photos...

- la réactivité de l'autofocus (mise au point) et bien sûr sa qualité qui garantit la netteté de l'image

- les appareils réflex (et leurs proches parents les SLT de Sony) possèdent une très bonne qualité d'image mais disposer de bonnes optiques et notamment de longues focales de qualité peut s'avérer prohibitif. De plus, disposer de très longues focales signifie porter un matériel lourd et encombrant (mallette avec plusieurs optiques...). Ils ont aussi une bonne capacité sur le plan de la sensibilité et permettent de créer de très beaux flous d'arrière plan (notamment les appareils plein format 24x36). Enfin disposer de très longues focales va conduire à des prix prohibitifs (à titre d'exemple le Nikon AF-S Nikkor 800mm f5.6E FL ED VR pèse 4,5 kg et coûte 16000 € ; autre exemple plus "raisonnable" : le Tamron SP 150-600mm f5-6.3 Di VC USD  qui coûte la "modique" somme de 1200 €) .

​- les bridges, qui ont de tout petits capteurs (environ 20 fois plus petits que le capteur d'un réflex plein format), sont dotés de zooms énormes x50 à x60 qui leur donnent une polyvalence idéale (ils sont de très bons compagnons pour les voyages et randonnées). Et leur qualité d'image en bonnes conditions d'éclairement est maintenant tout à fait honorable. Par contre leur montée en sensibilité est très en retrait. De plus il est plus difficile de limiter la profondeur de champ (petits capteurs et optiques en général peu lumineuses)

- les hybrides, notamment les meilleurs (capteurs 1" et 4/3"), possèdent maintenant une aussi bonne qualité d'image que les appareils réflex, mais il est plus difficile de diminuer la profondeur de champ compte tenu de la taille de leur capteur plus réduite. La montée en sensibilité s'avère aussi légèrement moins bonne (à l'exception des Fujifilm X-Pro1, X-E1, X-E2 et X-T1 dotés du capteur X-Trans qui se situent au niveau des très bons appareils réflex).

- les nouveaux venus : le Sony RX10, puis le Panasonic FZ1000 et enfin le G3X de chez Canon qui devrait sortir prochainement se situent à l'interface entre bridges et hybrides.

Cell content

Sony RX10 

Panasonic FZ1000  

Canon G3X  


 ​Zoom

 (equivalent 24x36)

24-200 mm

25-400 mm

24-600 mm

 Facteur Zoom

x 8,3

x 16

x 25

 Date sortie

Octobre 2013

Juin 2014

Septembre 2015 ?


Ces appareils récents sont construits autour d'un capteur 1" qui a fait ses preuves tout d'abord dans le compact RX100 de Sony. Ils sont dotés d'un zoom intégré (non interchangeable) de plus en plus puissant qui les fait tendre vers les bridge. Ce sont donc des appareils très polyvalents, performants (de plus le Panasonic intègre un mode vidéo 4K) bien adaptés aux voyages sans sacrifier la qualité d'image.

Que leur manque-t-il ?  Pas grand chose. On pourrait seulement souhaiter des objectifs encore plus lumineux (notamment pour pouvoir mieux jouer sur la profondeur de champ), et une meilleure montée en sensibilité (déjà assez satisfaisante)...


Des offres


Et si on rêvait un peu ? ...

On pourrait imaginer un appareil conçu autour d'un capteur X-Trans de Fujifilm d'une dimension de l'ordre de 1" qui lui confèrerait une très bonne montée en sensibilité, couplé à un zoom de grande amplitude telle que celle du Panasonic FZ1000 (voire de celle du futur Canon G3X) mais plus lumineux (pour une profondeur de champ mieux contrôlable).  Connaissant la qualité des optiques Fujinon on est en droit de rêver...  raisonnablement !


Mes logiciels photo et vidéo préférés



Je vais vous présenter ici les logiciels que j'utilise pour le traitement de mes photos. Ceci n'est que le reflet de mes choix ou de mes goûts personnels, sans plus. J'essaierai d'expliquer pour chaque logiciel ce qui m'a conduit à faire ce choix. Tout ceci est purement subjectif. J'évoquerai dans certains cas des alternatives aux logiciels choisis.


Lire la suite...