Voyage au Vietnam – Réflexions photographiques

3 Janvier    2016

Voyage au Vietnam - Réflexions photographiques


+

Cet article se propose de montrer que lors d'un voyage de découverte au Vietnam, certains outils ont été largement utilisés alors que d'autres ne l'étaient que très peu, voire pas du tout !

Ceci m'a conduit à réfléchir sur la pratique réelle d'un amateur (moi !) et de prendre une certaine distance par rapport à ce qui serait théoriquement plus performant ...


Nous avons effectué au mois de novembre de cette année un voyage dans partie nord du Vietnam, une très belle région montagneuse, habitée par de nombreuses ethnies pour la plupart originaires de Chine (Hmongs, Daos, Tays...). De très beaux paysages parsemés de rizières en terrasses, de belles rencontres... Pour ce très beau voyage riche en images, j'avais emporté un Sony Alpha A58 (SLT, proche d'un appareil réflex)  équipé d'un Sony 18-135 mm (f/3.5-5.6) ; j'avais également emporté un Sony 35 mm f/1.8 très lumineux en pensant aux portraits que je ne manquerai pas de réaliser ...

​Le matériel emporté

​- Sony SLT Alpha A58

- Objectif : 18-135mm (équivalent 27-200mm en format 24x36) f/3.5-5.6​

- Objectif : 35mm f/1.8

​- Nikon P600 (bridge  zoom 24-1440 mm f/3.3-6.5)

​- Trépied

- Monopied​

​Ce qui a réellement été utilisé, ce qui a été rarement ou jamais utilisé ... et pourquoi

​J'ai utilisé essentiellement le A58 équipé du 18-135 mm. J'ai très peu utilisé le 35 mm sauf un soir à Hanoï la nuit tombant très tôt.  En fait , lorsqu'on visite un village, il n'est pas facile de jongler avec les objectifs (scènes à saisir rapidement, risques pour le capteur dans un milieu  riche en  poussières ... )

J'ai également très peu utilisé le P600. Je ne l'ai utilisé que pour certains détails très éloignés ou pour des singes aperçus dans la baie d'Halong terrestre (parc de Van Long) . 

Le P600 a une optique spectaculaire, de bonne qualité, mais ces longues focales ne sont facilement utilisables que s'il y a beaucoup de lumière à cause d'un autofocus peu performant. De plus les très longues focales ne peuvent être utilisées sur un petit bateau en dépit d'une stabilisation très performante.

Je ne suis pas sûr de l'emporter pour mon prochain voyage. ​

​Le trépied ainsi que le  monopied ne sont jamais sorti des bagages ... Il n'est pas commode de sortir rapidement le trépied et de l'installer, et en fait le besoin ne s'en est pas souvent fait sentir.

​Les focales utilisées

​Le logiciel Exposure Plot  permet de réaliser des statistiques sur les paramètres utilisés lors de la prise de photos. J'ai retenu pour cette analyse uniquement les photos que j'ai sélectionnées après un tri réalisé pour réaliser un diaporama, ainsi qu'un livre photo.

J'ai utilisé Exposure Plot notamment pour connaître les focales utilisées (en équivalent 24x36 mm)​ :

​Ce tableau  montre que  99,4 % des photos ont été réalisées avec des focales inférieures à 135 mm (200 mm équiv 24x36).  Il est à noter que 30 % des photos ont été prises autour de 18 mm  (27 mm équiv 24x36) (la plus courte focale) mais que 16 % ont été prises à 135 mm (la plus longue focale). 

Les autres focales se distribuent entre ces valeurs selon une courbe globalement centrée sur des valeurs de 25 à 70 mm​  (de 40 à 110 mm équiv 24x36).

Il faut également noter que seulement 0,65 % des photos ont été prises au dessus de 200 mm ​(équiv 24x36) à l'aide du P600. Autant dire que si je n'avais pas emporté le bridge, je n'aurais pas été particulièrement frustré !

​On constate sur les statistiques des valeurs ISO (sensibilités) que la moitié des sensibilités utilisées correspondent à la valeur minimale de 100 ISO, ce qui correspond aux photos prises de jour en extérieur.

​Il y a cependant à peu près 15 % de hautes sensibilités utilisées supérieures à 1600 ISO (plus de 9 % rien que pour la sensibilité maximale utilisable en ISO auto avec le A58 - 6400 ISO n'est pas très utilisable à cause de bruits de luminance et chromatique importants), ce qui n'est pas négligeable. Cela correspond  aux photos prises en intérieur en ambiance assez sombre, ou en extérieur de nuit.

​Ce qui m'aurait aidé ...

Lors de ce voyage, plus d'une fois j'ai regretté d'avoir sur mon A68 un viseur peu lumineux (je ne parle pas de l'écran !) qui m'obligeait à placer ma main gauche en pare soleil au dessus du viseur.

J'ai également regretté de ne pas disposer d'un autofocus plus performant ​(plus réactif et plus précis) notamment pour la prise de photos d'oiseaux en vol.

Comme je l'ai dit plus haut dans cet article, j'ai le plus souvent renoncé à changer d'objectif sur le A68, même si l'utilisation du 35 mm f/1.8  (52 mm équiv 24x36) très lumineux m'aurait été précieux pour la réalisation de portraits avec  la mise en valeur des sujets grâce à des arrière plans flous. 

J'ai également très peu utilisé le P600 (bridge), ce qui m'a convaincu que les très grandes focales n'étaient que rarement utilisées. En fait, si l'autofocus du P600 (gros point faible de l'appareil) était plus performant je l'aurais sans doute plus utilisé pour les photos d'animaux et notamment d'oiseaux. Je l'ai utilisé pour des sujets relativement statiques, mais pour les oiseaux en vol toutes les photos ont été réalisées avec le A58 à la focale maximale  ​(200 mm équiv 24x36).

​Ce que j'envisage pour l'avenir ...

Pour remédier à ma réticence à changer d'objectif, ce qui m'aurait cependant été utile, j'envisage d'acquérir un second boitier Sony doté de la même monture A. Je pense que le nouvel appareil Sony  A68 d'un coût acceptable sera un bon candidat, en particulier avec un autofocus beaucoup plus performant​ .

Je pense que pour les futurs voyages je n'utiliserai plus le P600, et je jonglerai avec les deux boitiers :

- le A68 équipé du 18-135 mm polyvalent et de bonne qualité, très réactif grâce au SLT et à son autofocus au niveau des meilleurs réalisations actuelles  serait utilisé la plupart du temps.

- le A58 équipé d'objectifs plus spécifiques serait utilisé pour des situations ne nécessitant pas un autofocus performant.

Je viens d'acquérir le  Tamron 70-300 mm très peu coûteux (100 € !) qui me permet d'étendre le champ des focales de 200 à 450 mm (équiv 24x36). De plus il dispose d'une fonction Macro. Cet objectif a un très bon rapport qualité prix ; il a une qualité raisonnable, mais il n'est pas très lumineux et est doté d'un autofocus très paresseux  ... Mais pour le prix ... Dans le futur, si son prix baisse un peu, j'envisagerais d'acquérir le zoom Tamron 150-600 mm (environ 1000 € !) qui a une toute autre étendue et des qualités optiques et d'autofocus incomparables avec le rustique 70-300 mm !

Je viens également d'acquérir le Samyang 85 mm f/1.4 très lumineux (environ 250 € ! ... je vous conseille de comparer avec les concurrents et de regarder les tests disponibles sur internet ...), excellent objectif pour ses propriétés optiques que j'utiliserai surtout pour le portrait. Cet objectif est manuel ; la mise au point se fait de manière manuelle ce qui n'est pas un désavantage pour la mise au point précise sur un visage (utilisation du focus peaking).​

J'ai également acheté le Samyang 16 mm f/2 également très lumineux mais également manuel ​pour les paysages de nuit (ma fille et son mari vont partir prochainement en Norvège pour observer les aurores boréales et je leur prêterai le A58 équipé de cet objectif)

Et maintenant, en route pour de nouvelles aventures... probablement birmanes ...



About the Author

Chercheur au CNRS, je suis passionné de photographie. J’apprécie les aspects techniques dont les avancées sont spectaculaires, mais je préfère me concentrer sur les aspects artistiques et esthétiques.

Leave a Reply 0 comments